10 Octobre 2014 – Claude AMEGANVI délivre le message du Parti des Travailleurs lors de la séance d’ouverture du 1er congrès de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC)

Faure GNASSINGBE” a organisé un triple coup d’Etat : militaire, constitutionnel et électoral pour s’installer de force au pouvoir en 2005. Pour tous ces faits et actes de « renversement du régime constitutionnel» qui constituent « un crime imprescriptible contre la Nation (…) sanctionné conformément aux lois de la République » selon les dispositions des articles 148 et 150 de la Constitution togolaise, Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE devait et doit partir !

Il s’est installé au pouvoir et s’y est reconduit frauduleusement sans avoir jamais déféré aux prescriptions de l’article 145 de la Constitution togolaise qui disposent que : « Le Président de la République, le Premier Ministre, les membres du Gouvernement, le Président et les membres du bureau de l’Assemblée Nationale et du Sénat et les Directeurs
des administrations centrales et des entreprises publiques doivent faire devant la Cour Suprême une déclaration de leurs biens et avoirs au début et à la fin de leur mandat ou de leur fonction. », ce qu’il n’a jamais fait ni depuis la présidentielle de 2005, ni celle de 2010. Pour ces graves forfaitures, Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE devait et doit partir !