1 2 3 4 5 6 7 8 9

“Nous voulons connaitre les auteurs, ceux qui ont tiré et ceux qui ont donné l’ordre” [16/04/2013]

La coordinatrice de la Synergie des Travailleurs du Togo répondait aux questions des journalistes. Les responsables de la Synergie portaient des foulards rouges en signe de deuil.
Ont été évoqués les éventuels autres victimes, la dénonciation de l’usage d’arme létale pour une manifestation, l’interprétation faite par les enfants, les menaces qui pèsent sur les responsables de la Synergie etc.
“La STT n’a jeté aucun enfant dans les rues”


Liminaire de la STT “Anselme est tombé sous les balles de la bêtise et de la tyrannie” [16/04/2013]

CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA Synergie des Travailleurs du Togo
MAISON DE LA SANTE LE 16 AVRIL 2013

Depuis le 10 avril 2013 une troisième grève de 72 heures a été lancée par la STT, afin d’amener le gouvernement à ouvrir des négociations sur sa plate forme de revendications déposée depuis février 2013. Au cours des trois jours de grève, la STT a constaté que les élèves sont descendus dans les rues dans plusieurs localités de notre pays pour marquer leur soutien à leurs enseignants et exiger la satisfaction de leurs revendications. Ces manifestations encadrées par les forces de sécurité, ont toujours été pacifiques.
Cependant, ce lundi 15 avril 2013, au moment même où la Synergie des travailleurs du Togo était en Assemblée Générale pour décider d’une trêve de 48 heures en vue de donner une chance aux négociations, des informations concordantes ont fait état de débordements lors des manifestations à Dapaong. Les forces de sécurité ont fait usage abusif de gaz lacrymogène pour réprimer des manifestations de jeunes élèves. Dans cette escalade de violence insensée et inexplicable, les forces de l’ordre ont eu recours aux armes de guerre pour disperser ces jeunes élèves qui manifestaient pacifiquement pour réclamer leur droit fondamental à l’éducation.
Malheureusement suite à cette absurdité, un jeune écolier perdit sa vie. Anselme Gouyano SINADARE, âgé de 12 ans, en classe de 6èmeau CEG Dapaong Ville a été froidement assassiné.
La STT par la voix de sa coordination présente sa compassion et ses condoléances aux parents d’Anselme et à toute la population de la ville de Dapaong
Anselme est tombé sous les balles de la bêtise et de la tyrannie. La STT exige que les responsabilités soient situées jusqu’au plus haut niveau sur cette tragédie. Qui a tiré sur Anselme? Qui en a donné l’ordre ? Les responsables de cet acte devront absolument rendre des comptes à la nation togolaise. Ce crime, oui ce crime ne restera pas impuni, car les crimes se nourrissent de l’impunité. La synergie se réserve le droit d’appeler tous les travailleurs à des manifestations pour obtenir la condamnation en justice de tous ceux qui ont participé à l’assassinat d’Anselme.
En attendant que la lumière soit faite sur ces malheureux événements du 15 avril 2013 à Dapaong, la STT voudrait honorer la mémoire de ce martyre : une messe sera célébrée demain mercredi 17 avril 2013 en l’église catholique Saint Antoine de Padoue de Hanoukopé à 12 heures. Au sortir de cette messe, une marche silencieuse des travailleurs, des élèves et de l’ensemble de la population aura lieu de cette paroisse à la place des martyres où une gerbe sera déposée en mémoire d’Anselme tombé sous les balles de l’oppression. Puis, tous les jours, à 10 heures précises, jusqu’à ce que les auteurs de ce forfait soit arrêtés, chaque élève, chaque fonctionnaire, chaque commerçant, chaque travailleur, bref chaque citoyen togolais doit se figer pendant une minute et avoir une pensée pour Anselme. Oui ce crime ne restera pas impuni et les assassins d’Anselme doivent savoir que face à eux tous les travailleurs, toute la nation se dressent comme un seul homme pour demander justice.


“Nous ne voulons personne, Nous voulons nos professeurs” [15/04/2013]

Reprenant un des slogan phare de l’ère dictatoriale d’Eyadema GNASSINGBE, les élèves de Lomé ont encore une fois sillonné les rues de la capitale. Les enseignants étaient en grève à l’appel de la Synergie de Travailleurs du Togo (STT) provoquant ces mouvement d’humeur des élèves depuis mercredi 10. Le gouvernement avait décidé de fermer les écoles en ce début de semaine. Quoi de mieux pour mettre les élèves dans les rues?


La CSTT a trouvé que les revendications syndicales de la SYNERGIE sont légitimes [12/04/2013]

Déclaration de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT)

La CSTT réaffirme solennellement qu’elle ne jouera pas double jeu et ne sera jamais au diktat de quelle que force que ce soit.
Il a été rapporté et la CSTT l’a vérifié, que les négociations n’ont plus continué du fait de la radicalisation des positions des uns et des autres. D’un côté, le gouvernement qui affirme avoir été trompé du fait que STT ait maintenu la grève en dépit de l’ouverture des négociations ; de l’autre, la STT qui déclare que la base en a décidé ainsi.

La CSTT, dans son rôle de facilitateur, demande au Gouvernement de rouvrir les négociations d’une manière franche afin qu’une issue favorable puisse être trouvée. Les revendications posées par la STT ne sont pas insurmontables. Nous avons perdu du temps pour rien. En s’asseyant autour d’une table ensemble entre togolais, une solution acceptable et acceptée par tous est possible.


Ayikoué TEVI : “Le gouvernement doit tout faire pour ouvrir des négociations franches” [12/04/2013]

Le secrétaire général de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT) répondait aux journalistes à la fin de leur assemblée générale.
Pour lui, il évoque la suspense de la participation de sa confédération de la coordination syndicale dont il dénonce les méthodes de fonctionnement. Il explique la légitimité de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT).
Suivez plutôt.


Ayikoué TEVI : “Le gouvernement doit prendre ses responsabilités” [12/04/2013]

Le secrétaire général de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT) répondait aux journalistes à la fin de leur assemblée générale.
Pour lui, il est hors de question de dire que la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) est illégitime. Il dénonce les menaces qui planent sur les responsables de la Synergie.


“Nous leur disons que la Synergie (des Travailleurs) va changer le Togo profondément” [12/04/2013]

Après la conférence de presse, la Synergie des Travailleurs du Togo s’est adressée à ses membres qui ont spontanément afflué au siège du SYNPHOT.
Les responsables se sont succédé au micro pour parler des menaces qui planent sur leur vie, de l’assemblée générale de lundi et de leur revendication.
Un fonctionnaire de Radio Lomé n’a pas hésité à mettre sa propre vie (immolé) dans la balance, si on attentait à l’intégrité physique des leaders du STT.
Suivez plutôt.


Les milices UNIR bloquent l’AG de la Synergie des Travailleurs du Togo au Bar Blessing [12/04/2013]

Après la réquisition impromptue de leur lieu de rassemblement habituel, les fonctionnaires de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) ont voulu tenir leur assemblée générale au Bar Blessing. Une fois sur les lieux, ils constatent la présence de personnes qui y ont été envoyé pour consommer à volonté et occuper l’espace.
La manœuvre, bien ficelée, a même fait intervenir les policiers pour une prétendue bagarre.


“Les autres sont là pour fêter d’autres sont là pour mourir de faim, nous disont merci” [12/04/2013]

Ce syndiqué de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) fait état des intimidations orchestrées par le pouvoir pour empêcher la tenue de leur Assemblée Générale en 2 lieux successifs dans le même après-midi.


Le tsunami scolaire de Lomé innonde la place Deckon [12/04/2013]

Une fois rejoints par leur camarades du Collège Protestant, les élèves de Lomé ont mis le cap vers le centre ville, plus précisément vers le Collège Notre Dame de Apôtres.
Après un bras de fer feutré avec les forces de l’ordre, ils sont partis faire le siège de la célèbre place Deckon.
Pour la 3e journée consécutive, ces jeunes sont massivement sortis soutenir leur enseignants en grève suite au mot d’ordre de grève de la Synergie de Travailleurs du Togo (STT)


“Nous ne voulons pas des soldats, nous voulons nos professeurs” [12/04/2013]

Au 3e Jour de la grève des enseignants, les élèves sont encore descendu dans les rues.
Ils se sont dirigés vers le Collège Protestant, l’un des plus grand du secteur privé, pour exiger le soutien de leur camarades.
Les fonctionnaires Togolais sont en grève depuis mercredi à l’appel de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT)


“Ao ao, teacher nyé la!!!”, comprenez “Pitié, pitié, mon enseignant!!!” [12/04/2013]

Une fois être passés chez leurs camarades de Notre Dame d’Afrique, les élèves ont investis la place commerciale Deckon.
En ce 3e jour de débrayage des fonctionnaires, les élèves de Lomé soutiennent les revendications de leur enseignants, qui ont massivement suivi le mot d’ordre de grève de 72h lancé par la Synergie des Travailleurs du Togo (STT)


Les élèves de Lomé ont fini leur périple devant la Présidence du Togo [11/04/2013]

Après avoir envahi le ministère de l’enseignement primaire et secondaire, les élèves réitèrent leur volonté de continuer à manifester pour soutenir leurs enseignants.
Pour clore leur journée, ils se sont dirigé vers la Présidence de la république. Ils y ont bloqué la circulation pour y manifester.
Ils manifestaient sur au mot d’ordre de grève de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT) par lequel leurs enseignants ont cessé leur activité.
Il est aussi à noter que les journalistes Togolais (en moindre nombre) qui voulaient manifester sur la plage en face de la Présidence, y avaient été copieusement réprimés.


Les élèves envahissent leur ministère de tutelle pour soutenir les enseignants [11/04/2013]

Suite à la grève de 72h lancée par la Synergie des Travailleurs Togolais (STT) et largement suivi dans l’éducation, les élèves de Lomé ont afflué dans les rues pour réclamer la satisfaction des revendications de leur enseignants.
Ils ont donc convergé vers le Ministère de l’Enseignement Primaire et Secondaire.
Contenus pendant quelques temps par un léger cordon de gendarmes, ils ont débordé ces derniers pour envahir la cour du ministère.


“Quand ils arrêterons la grève, nous arrêterons aussi” annoncent les élèves [11/04/2013]

Quelques élèves répondent aux journalistes pour expliquer les raisons de leur mouvement d’humeur en soutien à leur enseignants.
Rappelons qu’ils ont envahi les rues de Lomé suite à l’arrêt de leurs cours, qui est une conséquence directe de la réussite du mot d’ordre de grève lancé par la Synergie des Travailleurs Togolais (STT)


Les élèves Togolais ont envahi les rues de Lomé réclamant leur cours [11/04/2013]

Effet boule de neige de la sourde oreille du gouvernement Togolais : La grève lancée par la Synergie des Travailleurs Togolais (STT) est largement suivie dans les domaines de la santé et de l’éducation.
Conséquence : les élèves n’ont plus leur cours et se sont mis à aussi à manifester leur mécontentement.


Dr TSOLENYANU : “La grève est enclenchée, nous allons consommer cette grève là” [10/04/2013]

Le responsable de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT) fait le point de la première journée du mot d’ordre de grève de 72h.


Des milliers de jeunes élèves dans les rues de Lomé pour soutenir leurs enseignants [11/04/2013]

Ces images se passent de commentaires car elle démontrent à suffisance la mal qui mine le Togo.
Faure GNASSINGBE trouve des milliards pour effectuer plusieurs voyages répétées à Rome, mais n’en trouve pas pour augmenter le maigre salaire des fonctionnaires Togolais.
Ces derniers sont, encore une fois, en grève de 72h à l’appel de la Synergie des Travailleurs Togo (STT)


“Nous voulons seulement qu’ils paient les professeurs pour qu’on ait les cours” [11/04/2013]

“Nous voulons nos cours”
“Ait pitié de nous”
disent les scolaires à l’endroit des tenants du pouvoir.
Les professeurs sont pour la seconde journée en grève à l’appel de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT)


“Nous ne partirons pas! Payez nos profs! Notre avenir est en jeu!” disent les éleves [10/04/2013]

Rien ne va plus au Togo. Les élèves de Lomé ont manifesté spontanément en direction du Ministère de l’Enseignement. Ils réclamaient la reprise de leur cours, en estimant que cela passe par la satisfaction des revendications de leur enseignants.Ces dernier ont entamé 3 jours de grève à l’initiative de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT).
Les gendarmes Togolais, célèbres par leur promptitude à tirer le gaz lacrymogène, n’ont même pas fait trembler ces élèves. Au contraire, ils ont subi une charge spontanée dès leur premier mouvement suspect.
Suivez plutôt.


“Nous demandons aux centrales syndicales de nous associer, et ils ne veulent pas” [10/04/2013]

Suite au mot d’ordre de grève de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT) la morgue de Lomé était fermée, sauf pour les nouvelles entrées. Un syndicaliste qui y travaille répond aux questions des journalistes.


“Nous voulons juste nos salaires bien payés, bien réévalués” disent les travailleurs [08/04/2013]

“Nous allons porter à la face du monde notre détermination, jusqu’au bout du bout”
Le front social Togolais est en ébullition. Les travailleurs Togolais réclament une amélioration de leur conditions de vie et de travail. Face à l’indifférence des tenants du pouvoir qui préfèrent discuter avec des centrales désavouées par leur bases, une nouvelle grève de 72 est lancée à partir de Mercredi.
Voici la presque intégralité de l’Assemblée Générale des syndicalistes de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT).


Dr TSOLENYANU : “Les prochaines grèves auront lieu du Mercredi 10 au Vendredi 12 Avril” [08/04/2013]

Le leader de la Synergie des Travailleurs Togolais (STT) annonce 3 nouvelles journées de grèves. Seules les urgences seront gérée dans les hôpitaux.
Suivez plutôt.


Un an du Collectif Sauvons le Togo (CST) dans Fenêtre sur l’Afrique [06/04/2013]

Commandant Olivier Amah, président de l’ASVITTO, Association des Victimes de la Torture au Togo, membre du Collectif Sauvons le Togo a fait un bilan positif d’un an des activités du CST avant d’appeler le peuple togolais à se mobiliser d’avantage pour concrétiser la lutte pour une alternance qui selon lui peut arriver à tout moment.
Docteur Walla Atchi, vice-président de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) est intervenu sur les 48 heures de grèves les 04 et 05 avril dernier. Selon le docteur, la grève a été largement suivie.
C’était au micro de Sylvain Amos en collaboration avec Romain Koudjodji, Lucien Hunkanli et Fabbi Kouassi.