Mais pour celui d’Arthème AHOOMEY-ZUNU, un avion et hop direction Paris…